Une consanguinité inquiétante dans le monde arabe et en Egypte

En Egypte et dans le monde arabe, la consanguinité est la principale cause de nombreuses anomalies congénitales.

De nombreuses statistiques montrent que 35 à 40% des Égyptiens se marient avec leurs cousins ou au sein de leurs fratries. De plus les femmes se marient très jeunes (dès l'âge de 12 ans), ce qui amplifie le risque de maladies.

On constate aussi que le mariage consanguin est très élevé au Soudan (Afrique du Nord-Ouest), en Lybie (Afrique du Nord-Est) et en Arabie Saoudite où le pourcentage de femmes mariées âgées de 15 à 49 ans avec un parent est de 40 à 50%. Il n'est pas nécessairement arrangé mais peut refléter la volonté des personnes à vouloir se marier. Ce type de mariage peut malgré tout compromettre la descendance.

Les Arabes israéliens ont un aussi taux très élevé de mariages consanguins.

Mais dans ces cas-là, il s'agit d'une crise sanitaire majeure car d'ici quelques générations la descendance de ces mariages pourrait avoir de nombreux problèmes physiques ou mentaux.